BABY

Deviens qui tu es.

juin 14, 2018

Un bébé pour Noël. C’était le rêve que je faisais souvent, lorsque j’étais plus jeune. Un bébé à annoncer sous le sapin, sûrement un peu loufoque à l’époque, ce rêve combinait déjà mon désir inconscient de maternité & ma passion complètement assumée pour le mois de décembre.

Au détail près, que ce rêve s’est réalisé. J’ai réellement eu à annoncer ma grossesse en période de fête & c’était fou d’avoir à le faire, autant que d’avoir cette impression de déjà vécu.

Puis il y a eu ces 9 mois. A l’instant où ton prénom était écrit sur ce minuscule bracelet rose, j’ai su que j’allais t’aimer bien au-delà que ce que j’avais pu imaginer. Puis, enfin on s’est rencontrée pour de vrai. Toi et moi, peau à peau, coeur à coeur.

Il y a eu tes premiers instants, ces premières – si précieuse, si intense – secondes de vie. Bien sûr tu étais la plus belle, bien sûr je t’aimais plus fort que tout bien sûr… mais tout de suite, j’ai su lire en toi et te comprendre. Comme si tu étais née avec un mode d’emploi, dont j’étais la seule lectrice.

Ça n’a pas toujours été facile, ni avec ton papa, ni avec l’entourage. Lorsque ça n’allait pas, tu voulais exclusivement ta maman. Je comprenais à la moindre mimique ce que tu voulais, ce qu’il te fallait. Tu es née avec un mode d’emploi ma chérie.

Il te fallait mes bras, nos moments à deux, nos balades en ville et tout allait bien. Impossible de te laisser, tu es même venue travailler avec moi. Ton petit rythme était respecté à la minute, comme une machine parfaitement huilée, quitte à se fâcher avec certains, ou ne plus voir personne pendant tes longues heures de sieste.

En grandissant, j’ai appris à te découvrir encore plus. Aussi étrange que ça puisse paraître, j’avais l’impression d’avoir un miroir. La brune et la blonde, la maman et la fille, si différentes et pourtant si similaires.

Nous avons de jolies qualités en commun, du genre toujours heureux, il suffit d’un rien pour ensoleiller nos journées. Émerveillées par la beauté de la vie, on aime profiter de chaque instant. Toi aussi, tu es du genre sociable. Tu as également une passion pour ta maison, cette maison, qui est d’ailleurs ton nid, un véritable cocoon. Les éclats de rire sont ton carburant, et on partage une passion commune pour les voyages. Un goût pour la mode & pour toutes ces choses de fille.

Oui, mais voilà, tu n’as pas que des qualités, et tes défauts sont parfois si similaires aux miens que ça m’en glace le dos. Commençons par ton côté méfiant lorsque que tu ne connais pas la personne et que cet inconnu rentre chez toi, dans ton nid. Tu as besoin d’être rassurée : on est là, tu en es capable, prends ton temps, fais-toi confiance. Ton côté observateur, tu regardes à qui tu as à faire avant de te lancer. Tu n’aimes pas l’injustice, dont tu parles en boucle lorsque tu en perçois une. Tu as aussi cette passion pour les loisirs créatifs. Cette passion qui me faisait me lever en pleine nuit à ton âge, parce que j’avais envie/besoin de peindre à 2h du matin. & ton côté sensible, un peu fleur bleue me donne des frissons tant parfois, j’ai l’impression de me voir.

Tu as de la chance, parce que tes parents t’écoutent vraiment et se plient en quatre pour toi. Tu as de la chance car tu ressembles tellement à tes parents, qu’entre nous c’est clair comme de l’eau de roche. Tu n’as pas à te battre pour te faire comprendre. Tu n’as pas besoin de pleurer pour qu’on accepte qui tu es, dans toute ton unicité.

Aujourd’hui, j’ai envie que tu continues à t’exprimer comme tu le fais, que tu sois libre d’être toi, dans toute ton entièreté.

Tu sais qui tu es, tu t’assumes en étant que petit bout & tu rayonnes, obligatoirement.

Alors, parce qu’on a peut-être eu plus de mal à se trouver nous, et peut-être parce qu’au fond, nous ne ressemblions pas autant à nos parents, on ne te quitte pas des yeux et on fait de notre mieux pour te donner le cadre dans lequel tu pourras dessiner qui tu es. Les gens bien-pensantsdiront que l’on te sur-protège, qu’on en fait trop. Mais on s’en fiche, c’est tellement facile de juger lorsqu’on ne connaît pas, qu’on ne le vit pas. Sois toi-même, tu rayonnes, on est tellement fier d’être tes parents ma chérie.

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Cynthia juin 15, 2018 at 17:52

    L’amour d’une Mère magnifique !

    • Reply Nuage de douceur juin 17, 2018 at 21:02

      <3

  • Reply Hahe juin 16, 2018 at 17:14

    Beautés

    • Reply Nuage de douceur juin 17, 2018 at 21:02

      <3

  • Reply Laurence DELARUE juin 19, 2018 at 10:39

    adorable!

    • Reply Nuage de douceur juillet 3, 2018 at 20:28

      Merci Laurence !

    Leave a Reply